Rachele Borghi est maîtrE de conférences en Géographie et Aménagement à Sorbonne Université (Paris) et une (porn)activiste académicienne. Elle travaille actuellement sur les transgressions performatives dans l'espace public comme réaction aux normes imposées et sur le corps comme lieu, laboratoire et outil de résistance. Ses recherches se concentrent sur la visibilisation des normes dans les espaces publics et les espaces institutionnels (notamment l'université), sur les pratiques pour les briser et sur les espaces de contamination entre milieux académiques, artistiques et militants.
Les contacts avec des artistes, groupes et collectifs queer ont questionné de près sa pratique de terrain, son positionnement et ont soulevé l'urgence de trouver et d'expérimenter des approches pour ne pas reproduire le binôme théorie-production théorique/pratique-production militante mais aussi pour sortir des épistémologies dominantes. De la conférence à la performance, Rachele Borghi, mue par le désir de décloisonner savoirs et modes d’actions opère en transfuge, génère des coalitions empouissantes et diffuse une « tendresse radicale ».