Dessin, post-porn, les représentations des corps dissidents dans l'art.

Cette rencontre est l’occasion de mettre en regard deux champs de la création artistique dans le but d’interroger leurs implications politiques, leurs relations au genre comme construction et au queer comme mouvement militant. D’un côté le dessin d’après-modèle vivant, exercice d’apprentissage anatomique autour du corps nu consacré par l’académie des Beaux-Arts et de l’autre, la pornographie mainstream comme fabriquant d’images de pratiques sexuelles stéréotypées.

Nous prenons ici le parti de ne pas reproduire de hiérarchie entre les pratiques artistiques, mais plutôt de les réfléchir comme un ensemble de production d’images et de représentations. Car, tous deux, d’un bout à l’autre de ce que l’on pourrait imager comme un prisme de la création sont le produit d’un système et d’un ensemble d’acteurs mus par un certain nombre de croyances, de représentations et de traditions ou habitudes perpétuées mais non-questionnées.

Tous deux, que ce soit le dessin académique ou la pornographie mainstream, sont au sein de leur milieu respectif des productions légitimées par le système hétéronormatif. Tous deux sont dépolitisés et les questionnements relatifs aux mécanismes de domination qu’ils reproduisent sont de totales impensées.

Dans ce contexte, les ateliers de Modèle vivant.e tout comme le post porno participent d’un même mouvement transfuge: celui de l’émancipation par la réappropriation de pratiques qui ont de manière systémique contribué à l’invisibilisation de corps et d’identités jugées dissidentes. Ils revendiquent tous deux une production culturelle comme une forme d’engagement qui ne peut se faire « hors-sol ».

Avec pour enjeu la connexion entre esthétique et politique, il s’agit de réfléchir collectivement aux dynamiques d’exploration, d’expérimentation, et de visibilisation du corps nu dans des productions artistiques comme contre-pouvoir critique des représentations hégémoniques.








Avec Isabelle Alfonsi, No Anger, Hélène Fromen, Linda DeMorrir, et Lucie Camous.

Dans le cadre de l'exposition
Modèle Vivant.e - Performance d'émancipation


Du 10 au 19 septembre 2020 au 59 Rivoli (Paris)
Cet événement fondé sur la collaboration, se tient entre arts vivants et arts plastiques. Tout comme Modèle Vivant.e réinvente les codes du modèle vivant en inversant la hiérarchie entre dessinateur.rices et modèle dans l’espace de l’atelier, cet événement repense par la pratique artistique l’imagerie et l’imaginaire attachés aux corps marginalisés.

Le temps d’une occupation de la galerie du 59Rivoli du 10 au 19 septembre, Modèle vivant.e invite à reconsidérer le corps nu et les constructions sociales normatives qui lui sont attachées. La programmation combine performances, ateliers, discussion et exposition de dessins dans une perspective de Hacking et de réappropriation de l’espace public.
Evénements et exposition organisés par Hélène Fromen, Linda DeMorrir et Lucie Camous (curator).

Le dossier de presse ICI